Évangile du dimanche

5 février – 5e dimanche du temps ordinaire – A

DONNER DU GOÛT ET DE LA LUMIÈRE

Jésus qualifie ses disciples de sel de la terre et de lumière du monde. Habités par sa présence et préoccupés de la venue de son royaume, nous sommes appelés, par la parole et l’actions, à donner à l’humanité sa vraie valeur et son goût authentique en la mettant en relation avec lui, la source de la lumière.

Crédit :
Vivons ensemble la joie de la naissance, grâce au rédacteur du thème, Louis-André Naud, de la revue Vie liturgique.
ABONNEMENT

En guise d’accueil

Jésus nous qualifie de sel de la terre et lumière du monde, rien de moins ! Il nous demande de donner du goût et d’apporter de la lumière à nos frères et sœurs sur nos chemins.
Que sa parole ravive notre foi en sa présence pour goûter nous-mêmes à la beauté de la vue et nous laisser éclairer par son Esprit d’amour et de partage.

Introduction à la liturgie de la Parole

Le prophète Isaïe parle de la lumière qui jaillira en celle ou celui qui se souciera de la justice et la mettra en pratique.
Dans l’annonce des béatitudes, Jésus promet la joie à ceux et celles qui aspirent à un monde meilleur et qui s’y engagent pour le transformer.
Mettons à profit ce temps d’écoute pour raffermir notre adhésion à la Vie que Jésus nous a donnée et pour nous rayonner de la clarté qu’il a déposée en notre vie.

Lectures :

Isaïe 58, 7-10
Psaume 111 (112)
I Corinthiens 2, 1-5
Matthieu 5, 13-16

Commentaire de l’évangile

Pour prendre conscience de notre vocation et de notre mission comme baptisés, je vous recommande le commentaire de Benoît Lambert qui a rédigé des articles et des brochures pour plusieurs revues religieuses (Vie liturgique, Revue Notre-Dame-du-Cap). Il est détenteur d’une maîtrise ès arts (théologie) de l’Université Laval.

Voici l’introduction de son commentaire:
« Le Christ indique, dans la parabole du sel et de la lumière, la manière dont l’Église doit se comporter dans le monde. Elle a la tâche de transmettre l’amour de Dieu et de témoigner publiquement de son espérance : le Christ. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.