Réflexions de notre pasteur et curé : Henri Ndzengue Ntsa

22 novembre 2020 – Solennité du Christ Roi de l’Univers

Aujourd’hui 22 novembre 2020, nous célébrons Jésus-Christ comme Roi de l’univers. Cette fête marque la fin de l’année liturgique A.

L’avènement de Jésus comme Messie attendu par le peuple juif a provoqué de la jalousie chez le roi Hérode. Ne voulant pas de concurrent, ce dernier ordonna l’assassinat de tous les petits garçons, croyant éliminer ainsi le petit Jésus, le Messie-Roi attendu.  

Quel est donc ce Roi en qui nous croyons?

1- Roi de service

Pilate demanda à Jésus s’il était le roi des juifs lors de son procès, Jésus répondra que son Royaume n’est pas de ce monde. Cette réponse voudrait signifier que Jésus est bel et bien Roi, mais pas à la manière des humains. Jésus dira plus tard qu’il est au milieu du peuple comme celui qui sert. Ce qui fait de lui un Roi de service et non celui qui se fait servir.

2- Roi-Berger

Dans la première lecture, le prophète Ézéchiel nous renseigne que les rois établis par Dieu à cette époque ont échoué dans leur mission. Ils n’ont pas été de bons bergers selon le cœur de Dieu. Jésus sera  donc le Bon Berger par excellence, celui qui ramènera  les brebis égarées  de Dieu, et prendra soin des vulnérables. Dans cette perspective, Jésus portera une attention particulière aux plus petits comme la veuve,  l’orphelin, la femme adultère… Sûr de ce berger, le croyant peut déclarer avec le psalmiste que : «le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer.» (Ps 22).

3- Roi Vainqueur de la mort et des forces du mal

Saint Paul dans la deuxième lecture nous apprend que si tous les humains sont spirituellement morts par le péché d’Adam, tous ont retrouvé la vie grâce à Jésus-Christ.

En effet, Adam premier homme, avait tourné le dos à Dieu par sa désobéissance. Par Jésus, par son obéissance et par sa fidélité à Dieu notre Père, l’humanité va retrouver la vie grâce à sa mort et sa résurrection. Jésus a eu à guérir les malades, à chasser les esprits mauvais, à pardonner aux pécheurs et à favoriser la conversion, il a combattu le malin au désert, il est mort sur la croix et est ressuscité le troisième jour. Désormais avec Jésus, la vie à vaincu la mort, le bien a vaincu le mal, l’amour à vaincu la haine.

4- Que faut-il faire pour prendre part au Royaume du Christ?

« Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde ».Ce passage de l’Évangile de ce jour met en exergue la vocation des chrétiens et chrétiennes, qui est celle d’être fils et filles du Roi nous rappelant notre baptême. Le baptême seul ne suffit pas. Il faut des actions concrètes pour mériter ce Royaume. Jésus lui-même l’affirme : «  Ce n’est pas en disant  »Seigneur! Seigneur! » que vous entrerez dans le Royaume des cieux. »

Dans ce sens, la route qui mène au Royaume de Dieu c’est le service, l’humilité, la solidarité, l’attention particulière aux vulnérables tels que les affamés, les assoiffés, les pauvres, les étrangers, les malades, les prisonniers, les aînés, les petits en général. La séparation entre les bons (à la droite de Dieu)  et les méchants (à sa gauche) que souligne l’Évangile, n’est pas uniquement une question du jugement dernier. C’est plus une invitation à un comportement, celui d’être quotidiennement proche des vulnérables, parce qu’il nous est tous arrivé un jour de soutenir quelqu’un et de détourner aussi notre regard du nécessiteux. Et si Dieu me posait les questions suivantes :  »Comment aimes-tu? Que fais-tu pour les petits? »

Bonne Fête à tous!
Henri Ndzengue Ntsa, ptre

1er novembre – Fête de tous les Saints

La Vierge et l’Enfant
Crédit photo: M. Bourgault

– Qui sont-ils?
Ce sont nos Frères et nos Sœurs qui nous ont précédés et se trouvent déjà dans le Royaume des cieux, le Règne et la Gloire de Dieu, le Bonheur Éternel. Dans la première lecture, saint Jean nous renseigne qu’ils sont une foule immense que personne ne peut compter, qu’elle est composée des gens venant de toutes les nations, de toutes les tribus, de tous les peuples et de toutes les langues. Les membres de nos familles, nos proches disparus ou nos aïeux pourraient être parmi ceux-là que nous célébrons aujourd’hui.

– Quelle est leur utilité pour nous aujourd’hui?
La sainteté étant la vocation de tout chrétien et chrétienne, ces amis de Dieu sont un signe d’espérance et d’encouragement pour nous chrétiens d’aujourd’hui, qu’à la fin de notre vie si nous les imitons, si nous les prenons pour modèles et si nous vivons les béatitudes, nous accéderons également au Bonheur Éternel comme eux. Dans ce sens, l’amour de Dieu, du prochain et les béatitudes sont pour nous une invitation au bonheur Éternel selon Jésus-Christ.
Les Saints et Saintes intercèdent pour nous auprès de Dieu. N’hésitons pas à solliciter leur prière.

Hier, les Saints et Saintes d’aujourd’hui étaient  comme nous. Demain, nous serons comme eux si nous les imitons dans leur foi. Tout dépend de nous.

Saints et Saintes de Dieu priez pour nous!

Bonne Fête de la Tout-Saint!

Retour à la page d’accueil

1 réponse à Réflexions de notre pasteur et curé : Henri Ndzengue Ntsa

  1. Je trouve que ces paroles de Robert Lebel illustrent bien votre réflexion:
    «Ils sont nombreux les bienheureux
    qui n’ont jamais fait parler d’eux
    et qui n’ont pas laissé d’image…
    Tous ceux qui ont depuis des âges,
    aimé sans cesse et de leur mieux
    autant leurs frères que leur Dieu!»
    Robert Lebel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *