La Conversion de Saint-Paul

Croire ne va pas de soi. Oui, ça peut sembler tout naturel pour nombre d’entre les fidèles de la messe et des actions charitables. Mais pas pour la majorité du monde qui nous entoure. Fidèles ou non, il s’en trouve pourtant parmi nous pour qui croire est un chemin difficile, parsemé de joies, oui, mais aussi miné par l’habitude ou l’incertitude.

Il vaut la peine de se souvenir du parcours de Saül de Tarse, devenu saint Paul. On le découvre une première fois en pharisien zélé, parti en guerre contre les partisans de Jésus. C’est une chute à cheval qui va interrompre sa mission. Enveloppé d’une lumière, il entend le Seigneur l’interpeller: « Saul, Saul,
pourquoi me persécuter ? » Alors commence sa conversion qui le conduit à rencontrer des disciples de Jésus. Lire le texte des Actes de Apôtres. On peut aussi lire sa vie à partir de Actes des Apôtres chapitre 9, dans la Bible.

En passant, la paroisse de Saint-Paul (aujourd’hui regroupée sous le nom de Sainte-Famille avec Sacré-Coeur de Jésus et Saint-Thomas) a été fondée sous le nom de La conversion de saint Paul. Ce n’est pas banal ! Le retournement du zélé pharisien a eu un effet extraordinaire sur l’avenir des petites communautés chrétiennes. Il faut lire les lettres de saint Paul, premiers écrits qui témoignent de la progression difficile mais invincible des croyants en Jésus ressuscité.

Qu’en est-il de nous qui avons hérité du gentilé Paulois/Pauloises? Où en est la paroisse fondée en 1786 au confluent des rivières L’Assomption et Ouareau et formée de familles de bûcherons venus de Saint-Pierre-du-Portage (aujourd’hui L’Assomption) pour y faire la coupe des pins nécessaires à la construction de navires ou la fabrication de meubles ? Avec leurs ressources bien limitées, ils ont tout de même achevé de construire en 1804 l’actuelle église de Saint-Paul, classée parmi les 20 premières au titre de patrimoine. Le souci, c’est qu’une bâtisse, aussi utile soit-elle, ne suffit pas à faire une communauté de croyantes et de croyants.

Un peu avant la Noël 2022, à la suite d’une réunion avec notre évêque Louis pour «le lancement de l’année pastorale», un petit comité de bénévoles des 3 paroisses a entrepris de mettre en pratique l’invitation du pape François à toutes les assemblées de croyants de se mettre en route les uns avec les autres. On appelle ça un synode. Faire route ensemble! Souvenons-nous, la foi naît souvent lorsqu’on est en route et qu’on fait une rencontre qui change notre vie.

Le comité en question, formé de bénévoles de la paroisse de Sainte-Famille, a commencé à pratiquer l’écoute des autres, premier pas du synode. Saint Paul peut nous inspirer sur ce chemin, lui qui se déplaçait continuellement, selon les Actes des Apôtres. La question qu’on s’est posée: quel est notre rêve pour l’Église aujourd’hui? Qu’est-ce qui nous allume comme chrétien et chrétienne?

Publié dans Mission | Un commentaire

Mercredi rouge au Canada

327 millions de chrétiens vivent dans des pays où il y a de la persécution et /ou de la discrimination. En 2022, des millions de frères et sœurs dans la foi sont soumis tous les jours à la persécution et la discrimination religieuse.

Nous voulons faire connaitre leur situation et être solidaire avec eux.
Pour ce faire, le mercredi 16 novembre 2022, Aide à l’Église en Détresse organise le Mercredi Rouge. Au Canada, c’est la neuvième année consécutive que des activités et des illuminations auront lieu dans différentes régions du pays.

Prières universelles
Avec confiance et humilité, présentons nos prières à Dieu qui est chemin de paix.

R/ Dieu de paix, nous te prions.

Seigneur, nous te prions pour tous les chrétiens de ce monde qui ne peuvent pratiquer leur foi sans crainte. R/
Seigneur, nous te prions pour que tous, quelle que soit leur religion, vivent dans l’harmonie et la paix, sans persécution aucune. R/
Seigneur, nous te prions pour ceux qui, chaque jour, annoncent la Bonne Nouvelle au péril de leur propre sécurité. R/
Seigneur, nous te prions pour ceux qui en ce moment sont privés de liberté parce qu’ils sont retenus en otage à cause de leur foi. R/
Seigneur, nous te prions pour tous ceux qui croupissent en prison parce qu’ils ne veulent pas renoncer à leur foi. R/
Seigneur, nous te prions pour ceux qui persécutent les chrétiens afin que leur coeur soit changé à jamais par ton amour. R/

Conclusion:

Seigneur, écoute nos prières et conduis-nous sur les chemins de la paix. Amen.

Publié dans Communiqués | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Tous et toutes en mission

Sr Renelle Lasalle, de la paroisse de Sainte-Famille, nous a invités à joindre une «armée de priants et priantes» afin de nous faire présence aimante auprès de la communauté autochtone anicinabek qui a perdu par suicide un jeune homme. Je vous invite à vous joindre à cette communauté d’abord en lisant deux articles (voir les liens ci-dessous) pour faire connaissance avec des familles de la communauté. Car c’est en famille que se vit cette douleur et qu’on peut grandir à travers elle. Et c’est aussi grâce à l’appui de nombreuses autres personnes, de chacun de nous, qui se reconnaissent membres d’une grande famille, celle des frères et sœurs en Jésus Christ.
Récit de Sébastien
Récit de Renelle
Pour joindre le groupe de prière : contacter Sr Renelle


Publié dans Mission, Soutien | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Les 40 ans de Femmes et ministères (1882-2022)

Je vous partage cette invitation du regroupement pour contribuer au renouvellement de l’Église.
« Le réseau Femmes et Ministères célébrera ses 40 ans de travail pour la promotion de la justice et de l’égalité dans l’Église du Québec. Cet événement se déroulera sur la plate-forme Zoom, le mercredi 26 octobre 2022, de 12 h à 13 h 30.

Un impressionnant bilan évoquera Les 40 ans du réseau Femmes et Ministères (1982-2022) – L’audace de l’espérance. On exposera les principaux aspects de la contribution du Réseau à la mission de l’Église du Québec, tout en mentionnant le travail qui reste à faire pour que la parole et l’expérience des femmes soient pleinement reconnues.

Par la suite, Marie-Andrée Roy, co-directrice du Réseau québécois en études féministes (RéQEF),exercera un regard critique sur l’héritage de Femmes et Ministères et suggérera des perspectives pour l’avenir. Les commentaires et messages que les personnes participantes auront transmis au cours de l’événement seront recueillis par une salle de discussion.

Activité gratuite, soyez des nôtres.
Inscription obligatoire en cliquant sur le lien suivant : Lemelin.isabelle@uqam.ca
En savoir plus : https://facebook.com/femmesministeres
Site Web: https://femmes-ministeres.org

Québec, le 11 octobre 2022

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Vie donnée, vie de feu

Homélie du 20e dimanche t.o. – C On parle volontiers de la paix. On se la souhaite à chaque eucharistie. On veut la paix. À plusieurs reprises, on entend : La paix soit avec vous. Ce sont les paroles mêmes de … Continuer la lecture

Toutes les galeries | Laisser un commentaire

Marche-pèlerinage 2022

Chers amis, croyants et croyantes en Jésus et Marie par l’expression du pèlerinage. Nous vous invitons donc au Pèlerinage Marie Reine de la Paix.

On peut ouvrir et télécharger deux documents en annexe. Pour celles et ceux qui veulent faire le pèlerinage près de chez vous dans votre patelin, il y a méditation-sur-la-route 2022 . C’est aussi le document de base de la marche du 15 août.
Pour ceux et celles qui viennent faire la marche le lundi 15 août d’église en église, il y a Journée-pèlerinage-le-15 août. C’est l’horaire et quelques consignes pour cette journée.

Il y a deux informations pratiques pour ceux qui viennent marcher le 15 août. C’est un lundi et le stationnement​ sera gratuit pour tous.  Pour ceux qui demeurent loin de Joliette, c’est possible de coucher deux soirs à la cathédrale. Il y en a quelques-uns qui utiliseront ce service. (Matelas et accessoires personnels)

Bon pèlerinage à tous et en toute solidarité !
Guy Lavallée
Pèlerinage Marie Reine de la Paix.

Contact: valmarie@live.ca

Documents à télécharger:
Méditation-sur-la-route 2022
Journée-pèlerinage-le-15 août

Note : Comme quelques-uns d’entre vous , Suzanne et moi, nous allons faire le pèlerinage du 7 au 14 de notre demeure à la statue de Marie à l’église Christ-Roi (45 minutes de marche et méditation​). Le 15 août nous serons avec les marcheurs.
Contact: valmarie@live.ca

Publié dans Communiqués | Laisser un commentaire

Paix à cette maison !

Cette galerie contient 1 photo.

Depuis plus de deux ans, j’ai été choisie pour vous accueillir avant les célébrations : c’était ma mission. Vous êtes devenus mes amis et j’ai toujours hâte de vous recevoir, de semaine en semaine. Merci pour votre fidélité. Vous êtes … Continuer la lecture

Toutes les galeries | 2 commentaires

Jésus prépare ses apôtres en vue de leur mission

Dans l’évangile de dimanche 19 juin, Luc écrit que les apôtres, de retour d’une mission, racontent à leur Maître le succès qu’ils ont eu. Et sur les instructions de Jésus, et l’instruction « Donnez-leur vous-mêmes à manger », avec cinq pains et deux poissons, ils donnent à manger à une foule de 5000 hommes. C’est ainsi que Jésus a commencé à former ses disciples pour proclamer le Règne de Dieu et guérir tous ceux et celles qui en avaient besoin. Ainsi se termine son œuvre en Galilée. Quel enthousiasme cela a dû insuffler aux Apôtres. Finalement, c’était pas mal le fun cette mission.

Dans l’évangile d’aujourd’hui 26 juin, on assiste à un renversement de situation. Luc dit : « Comme s’accomplissait le temps où il allait bientôt être enlevé au ciel », Jésus , « le visage déterminé », prend la route de Jérusalem. Mais à quoi pensait l’évangéliste Luc en parlant du visage déterminé de Jésus ?
L’histoire d’Élie et Élisée nous oriente un peu : dans l’AT, l’expression « durcir son visage » est utilisée pour deux prophètes, Ézékiel et Isaïe, dans une mission où ils ont eu à livrer au peuple des paroles dures de la part du Seigneur, par exemple que leur ville serait détruite parce qu’ils ne suivaient pas les voies de Dieu, ou quand Jean le Baptiste proclame un jour de jugement où Dieu va battre son aire à blé pour séparer le grain de la paille, ou encore quand Jésus traite les Pharisiens de « sépulcres blanchis, beaux à l’extérieur, mais corrompus en dedans.»

Donc, sur la route de Jérusalem, Jésus instruit les disciples-apôtres, et il a pour eux des paroles dures à entendre. Le groupe passe par la Samarie. Certains apôtres ont été envoyés en avance chez les Samaritains, mais on a refusé de le recevoir. Jacques et Jean le prennent mal et demandent à Jésus s’il ne faudrait pas prier leur envoyer un feu du ciel afin de les détruire. Oui, belle mentalité pour des messagers de paix ! Jésus les réprimande et ils passent leur chemin.
Dans la 2e partie de cet évangile, Luc va en rajouter : par trois courts dialogues, il montre aux apôtres ce qui est exigé de ceux et celles qui, emballés par le succès de la proclamation de Jésus, ont demandé à le suivre.
Alors, Jésus leur dit : Comme les renards et les oiseaux, les humains ont une maison où se reposer, mais pas le Fils de l’homme, celui qui est envoyé par Dieu pour exercer son jugement.
Ensuite, c’est l’homme que Jésus a appelé à le suivre, mais qui veut d’abord aller enterrer son père, un devoir digne d’un bon fils. Laisse, dit Jésus, pars et annonce le Règne de Dieu qui ne peut souffrir aucun retard.
Le troisième dialogue termine ses instructions pour aujourd’hui : quand tu t’es mis au service du Règne de Dieu, tu ne peux pas même regarder en arrière pour dire au revoir à ta famille.

Qu’est-ce que ça veut dire pour nous maintenant ? C’est saint Paul dans sa lettre aux Galates qui peut nous orienter. « C’est pour que nous soyons libres que le Christ nous a libérés», comme lui-même quand il était Saul le pharisien, le persécuteur, maintenant le converti. Je résume : Tu as confiance en Jésus le Ressuscité, tu es libre de le suivre, mais ne retourne pas à tes mauvaises habitudes, ne tombe pas dans tes égarements d’autrefois. Au contraire, mets-toi au service des autres, au lieu de chercher à les détruire. Ne marche pas sous la conduite de la chair, pour satisfaire tous tes besoins petits et gros, mais laisse-toi conduire par l’Esprit.
Je donne un exemple que j’ai vécu. J’ai appris il y a un mois, que le 21 juin c’était la Journée nationale des Autochtones. Nous savons que les Autochtones ont souffert, et souffrent encore, de perdre leur territoire et leur culture. Je pense que ça du bons sens que Canadiens et Québécois participent au mouvement de réparation et de réconciliation et que chacun pose les gestes qui sont à sa portée. Quelle action était ou est à ma portée ? Aller à la fête organisée par des Autochtones le 21 juin sur la place de la Fresque à Joliette ? M’acheter ou emprunter le livre Kukum écrit par Michel Jean, journaliste et écrivain innu ? Prendre le temps d’écouter une chanteuse ou un chanteur autochtone ? Même si je ne comprends pas les mots, je peux essayer de me mettre au diapason de leur souffrance, de comprendre leur recherche d’identité ?
Permettez que je prenne encore un moment pour vous parler de la situation de notre communauté chrétienne. Cet été, nous prévoyons quatre autres célébrations de la Parole pour remplacer nos prêtres. Qu’est-ce que ça vous dit ? Si vous écoutez l’Esprit reçu à votre baptême, quelle pensée, mais surtout quelle action vous souffle-t-il à l’oreille ? Cette semaine je vous invite à prier pour l’avenir de notre communauté, et à vous demander ce que la foi au Ressuscité exige de vous.
Parlons-en entre nous, soyons optimistes, faisons le plein d’espérance. Jésus ne nous a-t-il pas promis de marcher avec nous ? Y croyons-nous ?

Lectures :
1 Rois 19, 16b,19-21
Lettre de saint Paul aux Galates 5, 1.13-18
Évangile d’après Luc 9, 51-62

Michel Bourgault
26 juin 2022

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Dieu parle au cœur de ceux qui l’écoutent

Un jour, il n’y a pas si longtemps, au Cameroun, M. Henri Ndzengue Ntsa a entendu l’appel du Seigneur. Dieu parle au cœur de ceux qui l’écoutent. Après avoir suivi ses cours en philosophie et en théologie au Cameroun, il a compris qu’il lui fallait traverser l’Atlantique et venir servir le Seigneur dans notre beau Québec recouvert de neige environ 5 mois par année. Nous, on le sait. Mais peut-être que Henri ne savait pas et il a appris à mettre des bottes chaudes, une tuque et des mitaines.

M. Henri est donc arrivé dans notre diocèse en octobre 2013. À son arrivée, il a d’abord été en stage dans la paroisse Sainte-Geneviève de Berthierville et, en 2016, il fait partie de l’équipe pastorale de la paroisse de Saint-Charles-Borromée. M. Henri a été ordonné prêtre le dimanche 8 janvier 2017 en la Cathédrale Saint-Charles-Borromée. La célébration a été présidée par Mgr Raymond Poisson alors évêque de Joliette. Pour M. Henri, « N’ayez pas peur» est au cœur de son engagement puisque c’est la devise qu’il a choisie. L’abbé Henri poursuit son travail, cette fois à titre de vicaire, au sein de l’équipe pastorale de la paroisse de Saint-Charles-Borromée. Puis, Mgr Poisson le nomme curé de la paroisse de Sainte Famille. Sa nouvelle fonction commence 1er juin 2017

La tâche est lourde pour un curé qui n’a eu que 5 mois de vicariat, mais M. le curé Henri est d’attaque. Dieu parle sans cesse au cœur de ceux qui l’écoutent. Il commence même une formation en pastorale sociale qui ne lui laisse pas beaucoup de répit. C’est pour terminer cette formation exigeante qu’il a demandé à Mgr Louis Corriveau de le relever de sa fonction de curé. Il a sûrement médité la citation de notre Pape François qui nous dit que la vie s’obtient et se mûrit dans la mesure où elle est livrée pour donner la vie aux autres. C’est le cœur de la mission. Mieux se préparer pour mieux discerner, pour mieux écouter et pour mieux accompagner. L’abbé Henri l’a compris et d’ailleurs, il nous a souvent répété que c’est notre mission à nous tous et toutes.

Bien sûr, Dieu parle toujours au cœur de ceux qui l’écoutent. L’abbé Henri est appelé ailleurs, il vit un passage. La décision d’abandonner la tâche de curé de Sainte-Famille n’a pas dû être facile. Nous lui souhaitons la lumière de Pâques pour poursuivre la route où il devra toujours puiser aux sources vives de l’Évangile pour rejoindre et apaiser les cœurs blessés et les éclopés de la vie.

Il nous a donné ce qu’il a pu avec conviction et délicatesse et nous espérons que nous lui avons aussi apporté quelque chose. Ensemble, nous avons fait un peu Église autrement. Merci à l’abbé Henri pour les services liturgiques et spirituels rendus aux gens de Crabtree ainsi qu’à tous les paroissiens et toutes les paroissiennes de Sainte-Famille.

En cette journée mondiale de prière pour toutes les formes de vocation, nous saluons l’abbé Henri qui fut notre pasteur durant cinq ans. Nous l’assurons de nos prières et de notre sollicitude pour la suite de son parcours de vie sacerdotale. Nous le remercions d’avoir répondu ME VOICI à l’appel du Seigneur. Aujourd’hui encore, Dieu parle au cœur de ceux qui l’écoutent. Que notre célébration soit une action de grâce aux intentions de M. l’abbé Henri.

Jeanne Beaudoin
Communauté de Sacré-Cœur-de-Jésus, Crabtree, 7 mai 2022

Publié dans Réflexions | Laisser un commentaire

Pour le départ de l’abbé Henri

Le Vendredi saint et la fête de Pâques ne sont pas loin derrière nous. On fait mémoire de ces Jours saints pour revivre le passage de Jésus de la mort à la Vie.  À chaque année, ces célébrations nous rappellent que chacune et chacun de nous, dans nos communautés, vivons aussi des passages de la mort à la vie.  

On peut dire sans se tromper que la mort de Jésus a déçu et désemparé ses disciples et qu’il a fallu beaucoup de temps pour qu’ils prennent toute la mesure de son départ vers le Père.  Cela a pris des apparitions ou des révélations pour qu’ils arrivent à dépasser leur déception et comprennent la signification du séjour de Jésus parmi eux.

Un autre passage se préparait, ici dans la paroisse, pendant le Carême et les Jours saints, un événement dont nous avons eu connaissance quelques semaines avant Pâques : l’abbé Henri, vous alliez nous quitter, début du mois de mai, pour une autre mission.

Vous êtes arrivé parmi nous, je me rappelle, tout joyeux, dans une paroisse en décroissance, en mal d’engendrer une relève. Puis est arrivée la pandémie : elle nous a tous mis sur pause, mais n’a pas freiné nos efforts pour grandir en tant que communauté. Pendant que vous faisiez votre possible pour assurer les messes, dispersé entre trois lieux de culte, vous aviez entrepris  des études en travail social. Je devine que ces années ont été un passage difficile pour vous, et nous peinons encore à le comprendre, à en saisir la signification. J’espère seulement que ce passage vous ouvrira grande la porte vers une vie nouvelle.

Je veux aujourd’hui vous exprimer notre reconnaissance, cher Henri, pour les services liturgiques ou spirituels que vous avez rendus aux paroissiennes et aux paroissiens de Sainte-Famille. Personnellement, à votre contact, je ne saurais dire comment, l’Esprit du Seigneur m’a fait cheminer dans la connaissance du Christ et dans la foi en Lui. Et je pense que ça été pareil pour plusieurs d’entre nous. La vie n’a pas été sans accroc non plus dans notre communauté, comme dans toute famille; alors, j’ai quand même appris à vous considérer, Henri, comme un frère qui, comme nous, chemine dans la foi au Christ.

En terminant, j’espère de tout cœur que votre séjour parmi nous vous aura permis, vous aussi, de vous enraciner plus profondément dans l’amour de Dieu et du Christ. L’AMOUR, ne l’oublions pas, est au cœur de notre relation à Dieu. C’est grâce à lui que nous pouvons entrer dans une vie nouvelle.

Béni soit le Seigneur, pour le chemin parcouru avec vous, monsieur l’abbé Henri,
et bonne route !

Michel Bourgault
Communauté de Saint-Paul, le 8 mai 2022.

Publié dans Réflexions | Un commentaire