Pape François invite à prier pour la paix en Ukraine

J’ai très mal au cœur face à l’aggravation de la situation en Ukraine. Malgré les efforts diplomatiques de ces dernières semaines, des scénarios de plus en plus alarmants s’ouvrent. Comme moi, beaucoup de gens partout dans le monde ressentent de l’angoisse et de l’inquiétude. Une fois de plus, la paix de tous est menacée par des intérêts partisans. Je voudrais lancer un appel à ceux qui ont la responsabilité politique d’examiner sérieusement leur conscience devant Dieu, qui est le Dieu de la paix et non de la guerre; qui est le Père de tous, pas seulement de certains, qui veut que nous soyons frères et non ennemis. Je prie pour que toutes les parties concernées s’abstiennent de toute action qui causerait encore plus de souffrances aux peuples, déstabilisant la coexistence entre les nations et jetant le discrédit sur le droit international.

Et maintenant, je voudrais lancer un appel à tout le monde, croyants et non-croyants. Suivant l’enseignement de Jésus, à l’absurdité diabolique de la violence, nous répondons par les armes de Dieu, par la prière et le jeûne. J’invite tout le monde à faire du 2 mars prochain, le mercredi des Cendres, un jour de jeûne pour la paix. J’encourage les croyants d’une manière particulière à se consacrer intensément à la prière et au jeûne ce jour-là. Que la Reine de la Paix préserve le monde de la folie de la guerre.

Pape François
23 février 2022

Témoignage d’une enseignante qui vit depuis huit ans dans le village de Novotoshkivs’ke sous le feu des bombes : lire dans Le Devoir, l’article de Magdaline Boutros dans le Donbass.

Compte-rendu de l’appel du pape dans le Magazine Aleteia, Crise en Ukraine : la force de la prière

Faire un don à la campagne d’aide de l’UNICEF : par le site sécurisé UNICEF CANADA

Retour à l’accueil

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Pape François invite à prier pour la paix en Ukraine

  1. Michel Bourgault dit :

    Je veux bien prier et m’imposer un quelconque jeûne. J’en suis. Prier pour la paix, ça veut dire aussi : qu’est-ce que je peux faire pour aider à une solution pacifique? Pour commencer, un examen de conscience s’impose pour identifier la responsabilité des pays membres de l’OTAN, par conséquent celle du Canada, pour que le conflit en Ukraine trouve une solution pacifique. Pour guider notre examen de conscience, rappelons-nous un conseil évangélique : « Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse ». Je pose une seule question : En 1962, les États-Unis d’Amérique (sans qui rien ne se décide à l’OTAN) ont-ils toléré, près de leurs frontières, l’installation de missiles à ogives nucléaires à Cuba, pays allié de la Russie ? Si la réponse est non, pourquoi la Russie tolérerait l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN à ses frontières, et éventuellement des forces militaires et la présence de missiles nucléaires ? À nous Canadiens, de réfléchir à la question, si on veut que la paix advienne en ce pays. La sortie de ce conflit ne peut venir que par une solution où les deux parties sont respectées. Un médiateur, accepté par les deux belligérants, doit être trouvé au plus vite, sans quoi c’est la logique de la force et de la guerre qui décidera de l’issue de ce conflit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.