5e dimanche de Pâques B – Demeurez en moi, comme moi en vous. »

1- Le livre des Actes des apôtres raconte la suite des évènements après la mort de Jésus, comment les apôtres et les disciples de Jésus, et en premier Pierre, sont sortis de la clandestinité pour proclamer haut et fort que Jésus s’était relevé des morts. Mais, ça ne s’est pas fait sans peine, car la plupart des juifs ne les croyaient pas et ils subissaient des persécutions. Saül le pharisien était l’un des persécuteurs : vous vous souvenez sans doute d’Étienne que Saül voit en train de se faire lapider. (Lire Actes 9, 26-31)
Saül, en mission pour détruire la nouvelle voie, va être renversé de son cheval et avoir une vision de Jésus ressuscité; Jésus s’identifie comme celui qu’il est en train de persécuter. Alors, il va se convertir et retourner à Jérusalem pour rencontrer les disciples et les apôtres. Ceux-ci en ont entendu parler et ont peur de lui. Alors, c’est Barnabé qui va l’amener et le présenter à la communauté. À partir de là, Saül devient Paul et témoigne de sa conversion au Seigneur et de sa nouvelle foi. Pour compléter le tableau il faut ajouter qu’à Jérusalem, le haut lieu du judaïsme où Jésus avait été tué, la peur régnait, mais partout ailleurs, en Judée, en Samarie et en Galilée, on observait que l’Église était en paix, se construisait, marchait dans la crainte du Seigneur et était réconfortée par L’Esprit saint.

On est porté à se comparer, même si les comparaisons sont boiteuses. Et qu’est-ce qui se passe dans nos communautés, dans notre paroisse? Notre petite communauté visible est fidèle à l’eucharistie, agit en faveur des malades, des pauvres, des personnes seules, comme le Seigneur nous l’a enseigné et l’a fait lui-même.
Mais pourquoi, bien avant la pandémie, notre messe et nos assemblées de prière sont-elles de plus en plus désertées? Pourquoi beaucoup de voisins, amis, jeunes cherchent-ils ailleurs le bonheur ?
La fête de Pâques est derrière nous depuis quelques semaines, et je me demande si nous sommes encore capables de témoigner du Ressuscité. N’avons-nous pas vite perdu notre joie ? Où est l’enthousiasme de la fête ? Entend-on parler de Jésus ressuscité ? Très peu. Le vaccin, ah lui, il soulève des espoirs. Nous ne sommes pas persécutés comme les premiers chrétiens, mais nous avons peur de parler, ou si on parle, d’être écouté poliment et incompris. Quel bouleversement nous faut-il, à nous, pour retourner vers nos amis ou nos enfants et leur parler de Jésus ressuscité ?

2- C’est alors que l’évangéliste Jean (Lire Jean 15, 1-8) nous invite à écouter le Ressuscité dire à ses disciples : « Je suis la vigne vous êtes les sarments. Le sarment ne peut pas porter de fruit, s’il ne demeure pas en moi. En dehors de moi vous ne pouvez rien faire. »
Serait-ce que nous serions, comme certains disciples, des sarments coupés du Christ ressuscité? Serait-ce que nous ne vivons pas assez de la vie nouvelle promise et donnée à celles et ceux qui écoutent sa parole ? Pourtant nous prions, nous communions à la messe, nous faisons de bonnes oeuvres…
Mais quoi faire de plus pour que nous portions du fruit, pour que nous soyons des témoins crédibles, pour que notre communauté, au lieu de s’éteindre lentement, étonne au contraire les parents et les voisins distants ou incrédules ? Ça me donne à penser que mon témoignage, que ce soit en paroles ou en actes, que notre témoignage est peu ou pas crédible, attirant, convainquant, ou qu’il est tout simplement inexistant.

3- Dans la 2e lecture, (lire I jean 3, 18-24) Jean donne une réponse trouver l’assurance et la paix. Une réponse double à mes questions : mettons notre foi en Dieu et aimons-nous les uns les autres.

a. Avoir foi Dieu, c’est avoir confiance au nom de Jésus, mort et ressuscité, en sa proposition de bonheur, en sa promesse de vie éternelle commencée ici, dès maintenant. Quoique nous demandions à Dieu, dit-il, nous le recevrons de lui, car Dieu est plus grand que notre cœur. Dans l’Évangile, on a entendu aussi : demandez tout ce que vous voulez et cela se réalisera pour vous, car ce qui fait la gloire de mon Père, c’est que vous portiez beaucoup de fruit et que vous soyez pour moi des disciples. LE SECRET, LA CLÉ, c’est donc de demander dans la prière : parce que la foi en Dieu, c’est un don. Dans la prière, l’Esprit du Seigneur peut nous parler, nous éclairer, nous donner un regard neuf sur l’inattendu, nous guider sur des chemins incertains.

b. Nous aimer les uns les autres, ne pas aimer en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. Et si nous aimons en vérité, nous serons en paix devant Dieu. Nous aimer les uns les autres, c’est par exemple faire attention à celle ou celui qui passe et auprès de qui je m’arrête. Ce peut être n’importe qui, un ami, un jeune, un voisin, un inconnu. Ça commence par une question : Que cherches-tu ? Ou par une écoute. Et un dialogue s’engage. L’autre me partage ses questions et, peut-être ses trouvailles. Je prends le temps pour comprendre son questionnement, ses difficultés, ses espoirs. Et puis, je partage mes propres difficultés et mes espoirs. Je lui ouvre le chemin de ma foi en Jésus. Je lui montre quelle joie m’habite. L’Esprit saint, que je priais tout juste avant, me suggèrera les mots pour partager ma confiance en Jésus, celui qui nourrit ma vie, celui qui est la vigne et dont nous sommes les sarments. Le même Esprit me donnera de plus en plus d’assurance pour témoigner de sa vie, de son enseignement et de l’amour du Père pour nous tous.

4– Voilà ce que nous dit l’apôtre Jean. C’est par la prière en demandant la foi et par l’amour en actes que je demeurerai en Jésus et lui en moi et que je porterai du fruit. Il suffit d’une personne qui témoigne de sa vie de foi pour en éveiller une autre, que plusieurs en même temps s’unissent pour le faire et ainsi j’ose croire et espérer que notre communauté, gonflée du souffle de l’Esprit et réconfortée, sortira des lieux familiers vers des chemins inconnus pour prendre un nouvel essor, comme les disciples après la mort de Jésus et son retour vers le Père.

Michel Bourgault
2 mai 2021

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *